24/06/2005

Quéén chaleur


A 9h20, le thermomètre, placé en plein soleil sur une table dans la cour, indique 36°. J'ai dormi 2h cette nuit, harrassé par la moiteur de la nuit. Je ne m'en plains pas trop, ce genre de situation m'offrent en général un certain état de grâce. Trop fatigué pour stresser. Le palais des dieux pourrait être détruit par un A380 piraté que je m'en émeuvrait à peine. Les constructeurs d'armes ne sont pas contents et je m'en balance. Sarko veut nettoyer et moi je ne pense qu'à ma douche vespérale. Kant m'apparaîtrait lui-même, là maintenant, que, prétextant cette trop grande chaleur, je l'inciterait à me suivre au pastaga plutôt que lui poser les questions que je 'nai pas encore résolues au sujet de la Critique de la Raison Pure. Le pape passerait dans la rue que je ne songerais pas à lui botter les fesses, avec les compliments de toutes les victimes des religions d'Eglise. Bref, fait chaud, fait très chaud, et moi je suis fatigué, très fatigué... Difficile de se tenir à ses décisions quand rien ne vous y oblige. Aujourd'hui, je le sens, pas de vaisselle, pas de lecture, pas d'écriture (à part ce petit texte dénué de tout intérêt)... état de grâce: qu'une journée cessent mes démons de me tourmenter... pendant que votre monde tourne sans moi. De toute façon, le monde ne veut pas de gorgos désoeuvrés... Vivement le barbecue ce soir...

09:35 Écrit par gorgo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Ah ah ! Après une petite sieste !

Écrit par : quadragénaire | 24/06/2005

*** halala, même pas de sieste... du repos quand même, et puis demain, grasse matinée (j'espère :-/)

Écrit par : gorgo | 24/06/2005

Les commentaires sont fermés.