29/10/2005

greve


Après la lecture introductive du post précédent, entrons dans le vif du sujet... Il est quelque part rassurant de voir que 80 ou 100000 personnes sont capables de se rassembler pour protester contre une mesure gouvernementale jugée inadaptée et injuste. Cependant... je pense que les syndicats pèchent au même endroit que les patrons ou le gouvernement: ils ne pensent que dans un cadre capitaliste. Or, soyons clair, la cause de cette soi-disant crise (n'oublions pas que malgré l'appauvrissement des pauvres dans le monde entier, la richesse augmente), c'est le capitalisme. Ca ne sert strictement à rien d'exiger des mesures qui s'insèrent dans le système économique. C'est le système économique entier qui est à revoir... à quand une politique basée sur l'équilibre et non la rentabilité??? à quand la prise en compte du temps qui passe, y compris pour les matières premières non-renouvelables? Il semble en effet que si cela fait longtemps que la science sait que la terre est ronde et finie, les patrons pensent encore que la terre est plate, infinie, et créée par un Dieu qui fournit au fur et à mesure les matières dont ses fils, les hommes, ont besoin... enfin... passons...

Je suis donc soulagé de voir que la mobilisation générale est encore possible... mais je reste ébahi devant le fait que plutôt que de revendiquer un monde équitable, équilibré, où les termes "valeur morale", "dignité humaine" et "fraternité" seraient les maîtres mots (car nous avons le bagage culturel et la connaissance technique nécessaires à ce projet), l'immense majorité de nos populations restent bloquées sur "rentabilité, "bénéfice", "égoïsme" (que je distingue soigneusement d'individualisme). Loin de réclamer l'autonomie et l'égalité, le peuple réclame un esclavage sans fouet...

Mon rêve à ce jour: une manifestation absolument générale, le peuple contre les puissants, avec comme caliquot: CHANGEONS L'ECONOMIE" ... des pistes pour pouvoir ce faire? Une reprise du monde industriel par le politique, une régulation rationnelle de la production et du travail, selon les exigences humaines et non boursières (d'ailleurs virons les bourses!), et des commissions indépendantes qui surveillent le pouvoir en place... et bien sûr, comme cela est logique, le DEVOIR pour le peuple de chasser, par la force s'il le faut, celui qui confond responsabilité sociale et pouvoir absolu...

A propos du droit de grève, vous aurez remarqué que les patrons sont tentés par un grand retour en arrière, un retour à l'époque divine pour eux de l' "avant-germinal"... c'est normal... un bête lecteur faisait référence à Adam Smith dans un commentaire... c'est que ce grand penseur du libéralisme était déjà, à l'époque de la mine et de nos gosses au turbin, le grand héro de ces chers propriétaires et patrons industriels... allez, déscotchez-vous d'internet, rallumez votre TV, buvez une chope, lundi on recommence à obéir aux maîtres...

14:53 Écrit par gorgo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Tout cela me rappelle quelque chose ;) "Une reprise du monde industriel par le politique, une régulation rationnelle de la production et du travail, selon les exigences humaines et non boursières (d'ailleurs virons les bourses!), et des commissions indépendantes qui surveillent le pouvoir en place... et bien sûr, comme cela est logique, le DEVOIR pour le peuple de chasser, par la force s'il le faut, celui qui confond responsabilité sociale et pouvoir absolu..."

Dois-je te rappeler que cela n'a pas vraiment marché, avec un "coût" humain peu acceptable ? Méfie-toi des idéaux, cher Gorgo : ils se travestissent vite en idéologies mortifères... Et le pouvoir, quand il se veut absolu, n'accepte jamais l'indépendance...

Bon anniversaire en retard ;)

Écrit par : Ubu | 29/10/2005

*** bonjour Ubu
non non, je n'ai pas oublié l'histoire... c'est pourquoi je parle du monde industriel et pas de celui du travail... j'imagine la couche en dessous de l'industrie comme une myriade d'artisans...
mais tu as raison de le remarquer... note tout de même que Staline n'est pas Marx (je n'oublie pas non plus la naïveté de Marx qui était purement matérialiste ...)

Écrit par : gorgo | 30/10/2005

Les commentaires sont fermés.