27/11/2005

froid!


Selon un sondage sur Lesoir.be, plus de 30% des lecteurs plaignent les gens qui meurent de froid dans la rue. Les plaignent-ils vraiment? Ou alors, de cette pitié propre au plus vil catholicisme, qui a toujours besoin de miséreux pour pouvoir les aider? Je n'y crois pas moi à cette compassion. Mensonge! Si les gens trouvaient ça insupportable, l'idée que des gens souffrent, meurent de froid, et de faim, alors ces mêmes personnes refuseraient de baigner dans le cirque qui nous entoure, refuseraient que la situation perdure, agiraient pour changer les choses, pour que cette richesse si durement accumulée, qu'elle soit matérielle, scientifique, éthique, juridique, puisse rayonner pour tous. C'est triste que des personnes meurent de froid en hiver, mais je vais quand même continuer à bosser pour ma boîte, entériner le nouveau dogme qui veut que le but de l'entreprise, c'est de faire du bénéfice. Je vais quand même laisser toute valeur à sa déliquescence, parce que je bosse dur, et que je mérite bien de m'entourer de gadgets inutiles, dont la conception et la réalisation demande des coûts faramineux, qui par ailleurs justifient bien la délocalisation des moyens de production là où les coûts sont 30 fois inférieurs. Je les plains les gens qui meurent de froid, mais je vais pas réfléchir à comment infléchir cette situation intolérable... je vais juste être un petit peu triste devant le journal TV, en mangeant mon dessert, et puis je reviendrai à mes moutons... c'est que le collectif et la solidarité, il y a pas à agir pour, il suffit que chacun ne pense qu'à soi, et dans l'ensemble c'est le bien de tous qui agit...

11:22 Écrit par gorgo | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Ca me glace les os D'accord sur toute la ligne. Mais que penser des 70 % qui n'ont pas de scrupule à afficher leur inhumanité, comment les qualifier, les nommer?
On est en pleine régression, c'est à nouveau le règne animal, la loi du plus fort, et il faut devenir chaque jour plus fort. Le capitalisme poursuit son oeuvre et en face il n'y a plus rien, le néant absolu.

Écrit par : Tito | 27/11/2005

*** Bonjour Tito
en fait, je n'ai pas l'impression qu'il y ait jamais eu de progrès... l'homme a toujours été un loup pour l'homme. Par contre, nous sommes sensés vivre dans une société qui a pris acte de cet aspect sombre de notre nature, et y remédier, petit à petit, par le droit, la science et la morale... bref par le progrès. En ce sens, nous (et surtout les puissants) sommes plus hypocrites que jamais... nous vivons sans doute beaucoup mieux qu'il y a 50 ans, mais il ne s'agit pas d'état de fait, il s'agit d'une question de juris... quand on emploie les principes humanistes constitués ces deux derniers siècles pour renforcer son animalité, on peut quand même parler, quelque part, de régression... régression dans l'honnêteté avec soi-même...

Écrit par : gorgo | 28/11/2005

Les commentaires sont fermés.