29/11/2005

je suis pas dans le caca


Je réponds il y a peu à une offre d'emploi pour un poste à Nismes, en province de Namur. Vu que j'habite près de Namur, je ne fais pas trop attention à la distance, et je postule. Hier je reçois une invitation à passer l'épreuve de recrutement pour le travail. Mon contentement tourne très vite au cauchemard: Nismes se trouve à 1h 05' de chez moi. Et je n'ai théoriquement pas le droit de refuser de me présenter, vu que j'ai postulé.

Je me porte dans le futur et imagine que j'obtiens ce poste: Je dois partir tous les matins à 6h45, pour un retour vers 18h15. Madame gorgo travaille à temps plein à Bruxelles: 1h10 de trajet à l'aller, autant pour le retour. Horaire +/- libre vu qu'elle dirige l'association pour laquelle elle travaille. Ma fille va à l'école: ouverture de la garderie à 7h15, fermeture à 17h45.Ce qui nous donne: je pars au travail, madame conduit la petite à l'école et cours vers le bus qui la conduit à la gare. Arrivée pour elle au travail: 9h... J'arrive moi-même à la maison vers 18h15, elle pas avant 19h30. Nous devons donc trouver une baby-sitter pour reprendre notre fille après ses 10h30 passées à l'école.Le prix du trajet aller-retour jusque Nisme se situe aux alentours de 18 euros, celui de la baby-sitter, 4... le mercredi après-midi: 16Donc, en plus de l'absence parentale durant 11h minimum tous les jours, nous devons calculer 22*16+ 38*4 euros de frais supplémentaires par mois (en plus bien sûr du lave-vaisselle), soit 504 euros par mois. Bien sûr l'employeur me rembourserait une partie de mon trajet selon le prix "transport en commun" (inexistant jusque là-bas).

Et je ne peux apparemment pas refuser de me rendre à ce rendez-vous ou finauder pour ne pas avoir cet emploi: j'y perdrais mon chômage et en même temps notre pain... C'est que l'Onem estime que nous sommes en situation d'emploi Convenable... c'est-à-dire: travail pas trop éloigné de mon diplôme, salaire concordant avec les commissions paritaires, et moins de 12h d'absence par jour du lieu d'habitation. Finalement je vais peut-être essayer de jouer sur ça: 1h05 de trajet, c'est par beau temps... sous la neige...

13:01 Écrit par gorgo | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Toujours la même chanson Mon grand père se levait à 5h tous les jour pour arriver à l'usine pour sept heures .. car les trams demarraient trop tard .. et rentrait à 5 heures du soir après de nouveau deux heures de marche .. et cela été comme hiver jusqu'à l'age de 65 ans ... lui il n'a jamais su qu'il y aurait un jour un contrat entre les génération pour favoriser les fénéants ...

Écrit par : Frans | 29/11/2005

*** dans une bonne orthographe: fainéant
pour le reste du commentaire... votre grand-père souhaitait la même vie pour vous? Votre grand-mère était aussi absente 12h par jour?

Écrit par : gorgo | 29/11/2005

Avant, c'était le bon temps... Moi, mon grand père a fait la guerre d'Espagne, il s'est battu pour donner à ses enfants une vie meilleure. Il a perdu la guerre et à lire le commentaire de Frans on peut penser que nous aussi nous avons perdu une guerre, contre la stupidité celle-là...

Écrit par : Tito | 29/11/2005

*** La guerre n'est pas tout-à-fait perdue, Tito, même si on est mal embarqués...

Écrit par : gorgo | 30/11/2005

Les commentaires sont fermés.