22/12/2005

retour sur la compétitivité


Ce matin, c'est un spécialiste de la KBC qui m'a accompagné dans mon éveil. Comme tous les autres spécialistes de son accabit, il pointe une perte de vitesse de la compétitivité et promeut une réévaluation du niveau salarial pour contrer ce phénomène économique...

Mais, sans aucun doute parce que la journaliste a lu mon blog, elle pose timidement une question à Monsieur le Spécialiste: pourquoi ne vise t'on que les salaires? N'y a t'il pas d'autres voies que la coupe salariale pour remédier aux problèmes économiques actuels?

Réponse représentative de l'Etat d'esprit ambiant: il est vrai que l'on pourrait jouer sur d'autres choses, comme la QUALITE des produits, mais seule une baisse des salaires peut inverser le mouvement A COURT TERME

D'où les conclusions issues de mon esprit tordu: la journaliste faisait-elle allusion à la qualité des produits? Si oui, cela signifie t'il que nos produits sont de qualité médiocre et que les entreprises préfèrent la médiocrité à l'efficacité? Si non, n'était-ce pas plutôt aux salaires exorbitants des patrons, aux golden parachutes, aux dividendes des actionnaires, qu'elle faisait allusion? Toujours est-il qu'elle n'a pas insisté... comme si la réponse suffisait... (qu'on ne dise pas qu'elle n'a pas creusé pour cause de temps: un interview, ça se coupe...)

Deuxième conclusion: comment se fait-il qu'à l'heure de la mondialisation, les économistes et le patronnat (puisque la FEB tient le même discours sur la compétitivité et arrive aux mêmes résultats) soient incapables de voir les choses à moyen et long terme? Ont-ils besoin d'une remontée des valeurs boursières avant la fin de 2005??? Disposeraient-ils d'une responsabilité que leurs compétences limitées ne permet pas de satisfaire? S'agit-il simplement d'une stratégie visant à monter encore d'un cran la pression sur le gouvernement lorsque les prochaines grèves pointeront leur nez? style: "Il faut que la police aille chercher les ouvriers chez eux et les force à travailler, sans quoi c'est la chute inéluctable (mais à très court terme?) de l'économie nationale?

09:44 Écrit par gorgo | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

Commentaires

Le capitalisme... ... dans toute sa "grandeur" n'est qu'une machine produisant de l'exclusion.

a+ Le pèlerin vagabond

Écrit par : Le pèlerin vagabond | 22/12/2005

*** Bonjour Pélerin
quel étrange blog que le tien... surprenant et intéressant...
pour le capitalisme... tout-à-fait d'accord...

Écrit par : gorgo | 22/12/2005

Quelque chose m'échappe... je croyais avoir compris: pour que le système marche, il faut que nous consommions, hors à force de réduire les salaires, ou de ne pas les augmenter, il viendra un moment ou nous ne pourrons plus consommer, du moins ce que nous fabriquons, nous ne pourrons plus nous offrir que ce
qui sera étiquetté Made in China. Ce qui signifiera encore plus de pertes d'emplois chez nous, une économie plus chancelante encore...
Bref, ça ne tiens pas la route, où est-ce moi qui suis très con?
Dans le même temps je vois de plus en plus de grosses bagnoles, de gens
qui changent leur petite lucarne ouverte sur le monde pour un écran plat indispensable de nos jours, de GPS pour aller de chez soi au bureau, d'abonnements Belgacom TV sans lesquels la vie ne vaut pas la peine d'être vécue, de GSM multifonctions dont on se demande comment on a pu vivre avant jusqu'ici...

Écrit par : Tito | 22/12/2005

*** Bonjour Tito
bonnes questions... qui me turlupinent également... mais je suis absolument persuadé que le système capitaliste est contradictoire en soi... la non-mondialisation, la colonisation, l'abandon des pays pauvres (j'entends: appauvris) a sans doute donné l'illusion que ça marchait, que la croissance économique est un fait, que nous pouvons vive confortablement... les choses vont changer, car avec la montée en puissance du tiers de l'humanité (Chine et Inde), l'occident va se retrouver face aux responsabilités de son histoire: pas moyen de faire du bénéfice si quelqu'un n'est pas lésé (pour ne pas dire volé ou pillé); pas moyen de vivre dans un système capitaliste mondial...
C'est pour ça que je hurle... parce que les puissants font semblant de rien, et préfèrent presser le citron jusqu'au bout et dans leur unique intérêt plutôt que de constater l'inéluctable: tous les gadgets que tu cites sont en fait au dessus des moyens des gens lambdas que nous sommes, et seule l'inégalité nous permet de nous les offrir... un simple gsm (comme le mien: appels et sms) couterait plus de 1000 euros s'il était construit en Belgique...
Et pourtant les choses sautent aux yeux: la croissance économique en Europe, ça n'existe pas... croissent les USA, beaucoup moins scrupuleux que nous à piller partout dans le monde, et les pays qui doivent tout construire...
Enfin je m'égare, la question est complexe et ceux qui pourraient changer les choses sont de mauvaise volonté... ne reste qu'à attendre le grand clash, ou la famine annonciatrice de révolution...
ps: ou alors sommes-nous tellement conscient de la stupidité de notre mode de vie que nous sommes devenus cyniques au point de nous ruer tête baissée vers la fin de l'humanité?

Écrit par : gorgo | 22/12/2005

Les commentaires sont fermés.