03/01/2006

Il n'y aura pas de 9 janvier


Il n'y aura pas de 9 janvier pour moi... j'ai renoncé à cet emploi que je sentais pourtant entre mes mains. 6h de cours tous les jours, à 1h de train, avec le logiciel Access à apprendre de fond en comble pour début février, le tout pour un contrat de 6 mois.

Après avoir retourné le problème dans tous les sens, nous en sommes arrivés à cette conclusion: la préparation et l'étude m'auraient conduit à travailler tous les jours jusqu'au moins 23h30, alors que tous les congés annuels de ma belle seraient passés en retour anticipé du travail soit tous les jours pour reprendre la petite, soit tous les mercredis après-midi, + les semaines de congés scolaires durant lesquels aucune garde n'est prévue à l'école ou ailleurs.

Tout ça pour améliorer notre quotidien pendant 6 mois, et gagner, sur mon CV, le logiciel Access. Mais voilà, c'est précisément dans 6 mois que j'aurai besoin de travail, pour que ma belle puisse rester auprès des enfants lorsque le dernier sera né. Bref: cet effort énorme, plutôt que de se présenter comme un investissement pour l'avenir, ressemblait fort à de l'acharnement familial dans un but purement vénal: aucun temps libre pour moi en semaine, aucun congé en commun ma belle et moi, et minimum 10h d'absence pour ma fille chaque jour de la semaine... tout ça pour quoi? la fierté d'avoir un travail temporaire, tellement court que je me retrouverais au même statut financier après ma "mission"? pouvoir mettre 2 ou 3000 euros de côté avant la naissance? avec en contrepartie l'absence de la maman dès les 3 mois de notre enfant?

En fait, si le contrat avait été d'un an, je l'aurais pris, car cela nous donnait la sécurité financière nécessaire pour que madame gorgo puisse un peu lever pied après son accouchement. Si j'avais une connaissance approfondie d'Access, je l'aurais aussi pris, car j'aurais pu compter sur le temps de détente nécessaire chaque jour à chaque être humain. SI le boulot avait été à 20 ou 30km de chez moi, je l'aurais aussi pris, car ma belle n'y aurait pas perdu ses congés (ô combien mérités)... Dieu que c'est compliqué... mais je ne prends pas ce désistement comme un échec... au contraire, je me suis dégoté un cours d'Access, nous avons pu ajuster la somme que nous pouvons financer chaque mois en vue de l'achat d'une maison, sans nous mettre dans l'obligation de léser nos enfants par notre absence continue à tous les deux, par l'absence automatique d'un des deux parents durant les périodes de vacances. C'est que nous avons décidé d'être une famille, et pas le rassemblement de 4 personnes étrangères l'une à l'autre sous un même toit.

13:15 Écrit par gorgo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.