01/03/2013

révolte

Bref, je ne vois plus qu'un solution: la révolte... mais en cette matière, je suis comme vous, pélerins de la toile, je ne m'y résoudrai que lorsque le mouvement sera global. Ca me hérisse de voir les syndicats appeler à des soit-disant manifestations, soumises à approbation des autorités, soigneusement organisées avec un horaire et un trajet non négociables. Vous voulez que je vous dise: je suis ministre, je suis patron, et je regarde ces défilés avec le plus grand mépris: moutons jusque dans la colère...

Ce qu'il faut, c'est s'unir! Pas seulement les syndicats (qui par ailleurs, réclamant à tue-t^te une augmentation du poivoir d'achat, ne font finalement qu'accréditer la thèse que la capitalisme consumériste est la forme la plus aboutie de l'humanité)... Les travailleurs ont de quoi lancer des pavés, les indépendants et petites entreprises ont les meilleures raisons de lyncher ces puissants devenus complètement illettrés, incultes, inconscients de leur bêtise et du mal qu'ils nous font. Chaque parent, également, devrait se soulever contre le système: l'avenir qu'on prépare à leurs enfants ressemble à celle des cerfs du moyen-âge...

Si comme moi vous n'avez pas le courage de vous affirmer tant que vous ne serez pas assuré que des choses seront mises en place pour que nous, les damnés de la terre, puissions passer nos journées dans les rues, pavées de préférence, plutôt que de bouloter à verser toujours plus de dividendes à des animaux qui ont déjà de quoi faire vivre les 100 prochaines générations de leur caste, alors faite comme ce que je devrais faire: sortir du système, vivre de débrouillardise, créer des réseaux composer uniquement de personnes qui se veulent du bien et du mieux les uns aux autres.

Merde au système!

10:44 Écrit par gorgo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.